Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

NOUVEAU SONDAGE : Les Nigériens font confiance à la démocratie avant le second tour de l’élection présidentielle, mais les inquiétudes demeurent.

February 2, 2021

Washington, D.C. - Le tout premier sondage à l’échelle nationale du Niger réalisé par le Center for Insights in Survey Research de l’Institut républicain international (IRI) révèle un large soutien à la démocratie et aux institutions nigériennes, bien que les préoccupations concernant la corruption et l’extrémisme violent persistent. Ces données arrivent quelques semaines avant le second tour de l’élection présidentielle du 21 février.

« Les Nigériens ont exprimé leur confiance en leurs institutions comme en l’importance de la démocratie », a déclaré le directeur régional de l’IRI pour l’Afrique, Greg Kearns. « Mais pour que la foi des Nigériens en la démocratie ne soit pas affectée, les autorités – à tous les niveaux – doivent donner la priorité aux préoccupations du public et s’occuper de sujets clés telles que la fourniture de services de base comme l’électricité, la sécurité alimentaire, et la création d’emplois ».

Selon le sondage, 75% des Nigériens pensent que la démocratie est la meilleure forme de gouvernement possible et 51% que leur pays va dans la bonne direction. Interrogés sur le système politique en particulier, 65% des citoyens conviennent du fait qu’ils vivent sous une démocratie complète (35%) ou presque complète (30%).

De plus, les Nigériens ont exprimé leur confiance en leurs institutions. La majorité exprime « beaucoup » ou « un peu de confiance » en la Commission électorale nationale indépendante (73%), les tribunaux (71%), la Présidence de la République (67%), l’Assemblée nationale (66%), et le bureau du Premier ministre (66%), alors que 91% et 76% ont exprimé la même opinion pour les institutions religieuses et les médias, respectivement. De même, les Nigériens estiment que les autorités font un « très bon » ou « plutôt bon » travail pour résoudre des problèmes tels que « combattre le terrorisme » (79%) et « gérer la COVID-19 » (74%).

Cependant, malgré l’optimisme du public concernant la démocratie nigérienne, 74% des personnes interrogées pensent que leur gouvernement est « un peu » (29%) ou « très » (45%) corrompu. Interrogés au sujet de l’impact de la corruption, 61% des sondés ont convenu du fait qu’elle avait eu « beaucoup d’impact négatif » (49%) ou eu « un impact négatif » (12%) sur leur vie. De même, les citoyens sont également très inquiets au sujet de l’extrémisme violent dans leur pays, 80% du pays étant d’accord avec le fait selon lequel il s’agit d’un « gros problème » dans leur région.

Méthodologie

Ce sondage a été réalisé du 3 et 18 octobre 2020 pour le compte du Center for Insights in Survey Research de l’IRI par la société CIPEL, basée à Niamey et supervisée par Opinion Research Business International. Les données ont été collectées en personne à l’aide d’entretiens assistés par ordinateur. L’échantillon comprenait n = 1.300 entretiens représentatifs au niveau national et n = 368 entretiens en surplus à Agadez et Diffa. 15% de la population totale a été exclue pour des raisons de sécurité. L’échantillon a été pondéré par région, urbanité, sexe, niveau d’éducation, et âge. La marge d’erreur ne dépasse pas plus ou moins 2,7% et le taux de réponse a été de 97%. Ce sondage a été rendu possible grâce au financement du National Endowment for Democracy (NED).